Les comportements à l’origine du succès professionnel…

 

Souhaitant aujourd’hui rédiger mon billet sur les comportements à l’origine du succès professionnel, une fois n’est pas coutume, je vais m’appuyer sur un article de Travis Bradberry publié récemment sur le sujet. Ses éléments de réflexion rejoignent en effet certaines de mes convictions professionnelles et ils synthétisent également plusieurs éléments de ma pensée exposés dans ce blog. L’article original est consultable sur le site du Forum Economique de Davos (cf. le lien précédent) et j’en expose ici les principales idées en développant toutefois tel ou tel point selon mes aspirations.

 

Selon Travis Bradberry, les gens qui réussissent viennent de tous les horizons, mais ils ont tous une chose en commun: là où la plupart des personnes voit des barrières infranchissables, ils voient des défis à embrasser et les obstacles à surmonter. En clair, « les obstacles ne bloquent pas le chemin; ils sont le chemin » dixit ce spécialiste de l’intelligence émotionnelle. C’est d’ailleurs cette logique qui préside à une culture de l’innovation: penser autrement, en dehors des chemins traditionnels (qui vous mèneront aux mêmes résultats que ceux partageant les mêmes idées au même moment) et surtout ne pas s’arrêter au(x) premier(s) obstacle(s) rencontré(s). Telle est la logique qui permet le dépassement des limites et donc de soi et ouvre le chemin de la réussite. Une parenthèse s’impose ici: je note en effet qu’une telle démarche préside également aux comportements résilients; toutefois comme le rappellent Shawn Achor et Michelle Gielan dans un récent article de l’Harvard Business Review, il faut garder à l’esprit qu’être résilient ne consiste pas à toujours plus endurer mais plutôt à savoir se reconstruire et se ressourcer après avoir enduré de lourdes contraintes ou des situations traumatisantes.

Quoi qu’il en soit, nous savons tous combien il est important pour réussir d’aborder les problèmes avec de l’optimisme et de la créativité mais, comme le souligne Travis Bradberry, c’est plus facile à dire qu’à faire. Il fait ainsi état d’une étude menée chez Adobe dans laquelle 96% des employés identifiaient la créativité comme essentielle à leur succès, tant au niveau de leurs revenus que de la valeur qu’ils apportaient au monde. De façon complémentaire, 78% des mêmes salariés affirmaient souhaiter être capables de penser différemment parce qu’ils y voyaient une opportunité pour progresser plus vite dans leurs carrières. Pour autant, la réalité des pratiques professionnelles est souvent d’une autre nature: un sondage Harris Poll révèle en effet que les dirigeants sont souvent inefficaces à favoriser la créativité au sein de leurs équipes.

be-creative-writing-on-paper-3916x2724_57667.jpg

 

Pour Travis Bradberry nous attribuons trop souvent la capacité à être créatif et à penser autrement à des caractéristiques innées naturelles: certains auraient ce don à la naissance, d’autres pas, tout serait donc une question de chance ou de malchance et inutile de vouloir remettre en cause cet état de fait. Il dénonce cette conception, étant convaincu que l’étude des comportements des personnes qui réussissent peut mener à intégrer ces pratiques à nos propres cadres de référence et donc à progresser sur cette voie du succès. (Il rejoint ainsi la conception de l’apprentissage double boucle développée par Chris Argyris et Donald A. Schön). Mais quels sont ces comportements si exceptionnels?

La vérité est que les personnes qui réussissent ont développé certaines pratiques qui sont plus accessibles qu’il n’y paraît même si elles sont parfois peu présentes, surtout quand la morosité ambiante fait loi. Concrètement ces personnes sont:

  • confiantes, ce qui ne signifie pas qu’elles soient naïves ou déconnectées des réalités. Elles ont « tout simplement » confiance en leurs idées (c’est dû à leur grande conscience d’elles-mêmes) et si l’échec est là, ce n’est pas considéré comme un reflet de leur incompétence mais plutôt comme une excellente occasion d’apprentissage.
  • maîtresses d’elles-mêmes. Parce qu’elles surveillent constamment leurs émotions, les comprennent et les utilisent à bon escient, surtout dans les situations difficiles, ces personnes savent saisir les opportunités et surtout rester d’humeur constante dans les pires moments (ce qui est précieux!). Rappelons-nous d’ailleurs deux éléments: d’une part, la grande maîtrise des émotions fait partie intégrante d’une intelligence émotionnelle développée; d’autre part, cette capacité à savoir gérer des émotions fortes ou difficiles fait partie, au même titre que l’optimisme, des facteurs conduisant à la résilience comme le souligne à juste titre Rich Fernandez dans l’Harvard Business Review.
  • honnêtes. L’honnêteté et l’intégrité au travail, bien que parfois douloureuses, permettent en effet de travailler sur le long terme en favorisant notamment les relations professionnelles authentiques.
  • à la recherche de petites victoires. Les gens qui réussissent aiment se remettre en question et la concurrence les stimule. Si leurs efforts ne produisent pas de suite les résultats escomptés mais de petites victoires, ce sont autant de petits gains qui sont accumulés et leur permettent de garder confiance autant de temps que nécessaire.
  • assoiffées d’apprendre. Cette logique de profiter de chaque occasion pour apprendre (sur soi, sur les autres, sur le monde, etc.) n’est pas due à un effet de mimétisme mais plutôt à un besoin fondamental, à une passion, à satisfaire: toujours apprendre quelque chose de nouveau.

« C’est ainsi qu’au lieu de succomber à la peur de paraître stupides, les gens vraiment exceptionnels osent simplement poser les questions qui leur viennent à l’esprit, parce qu’ils préfèrent apprendre quelque chose de nouveau plutôt que sembler intelligents » dixit Travis Bradberry.

  • Ces personnes qui réussissent s’exposent également à une variété de personnes. Comme le rappelle cet auteur, il n’y a en effet pas moyen plus facile d’apprendre à penser différemment que de passer du temps avec quelqu’un dont les points forts sont vos faiblesses ou dont les idées sont radicalement différentes des vôtres. Mieux encore, cette exposition suscite de nouvelles idées et ouvre de nouvelles perspectives. C’est d’ailleurs certainement ce qui explique la réussite d’Apple où Steve Jobs était associé à Steve Wozniak…
  • Ces mêmes personnes gardent également un esprit ouvert. S’exposer à une variété de personnes est inutile si ce temps est passé en désaccords et auto-réconforts chacun de son côté! Au contraire, les gens qui réussissent reconnaissent que chaque point de vue offre une opportunité de croissance. C’est la raison pour laquelle ils pratiquent l’empathie et se mettent dans la peau de l’autre personne afin de comprendre leur logique.
  • Elles sont aussi courageuses. Dans la mesure où la peur est une émotion persistante qui est alimentée par l’imagination, contrairement au danger qui, lui, est bien réel, les personnes qui réussissent ne laissent pas la peur prendre le dessus. Plus encore, elles sont dépendantes de la sensation euphorique qu’elles obtiennent en affrontant leurs peurs et en dépassant leurs craintes.
  • Elles ne s’ennuient jamais. En dehors de leur besoin de toujours apprendre, ces personnes ont cette capacité à tourner les tâches fastidieuses en jeux. Certes, chaque travail implique un certain degré d’ennui et pour la plupart des gens, l’ennui conduit à bâcler le travail fastidieux en question mais pour les personnes qui réussissent c’est différent: en ayant trouvé le moyen de changer leur perception de ces tâches qui restent désagréables, ces personnes réussissent à se remettre en question et c’est ainsi qu’elles parviennent ainsi à produire un travail de haute qualité!
  • Ces personnes qui réussissent ont enfin cette particularité de rêver grand mais de rester néanmoins très terre-à-terre. Dès lors, elles passent à l’acte et restent réalistes mais petit-à-petit elles avancent vers leurs rêves parce qu’elles ont osé là où tant d’autres ont préféré rêver en restant paralysés par leurs peurs.

 

 

Tous ces comportements des personnes qui réussissent étant maintenant exposés, vous conviendrez qu’il s’agit avant tout d’une manière différente d’appréhender la vie plus que de qualités exceptionnelles, hors du commun! Je me garderai toutefois de vous imposer ce point de vue, et je vous encourage même à me laisser un commentaire pour m’exposer vos désaccords, ne serait-ce que parce qu’ainsi cela me laissera l’occasion de continuer de cheminer vers la réussite…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s